Intervention de Julien Lauprêtre président du Secours Populaire Français au rassemblement des Glières

C’était il y a 70 ans. En mars1944, le Conseil national de la Résistance (CNR) adoptait son programme politique.
Onze jours plus tard, les maquisards affrontaient pour la première fois les forces nazies et vichystes sur le plateau des Glières (Haute-Savoie). Un site magnifique qui, non content d’évoquer la Résistance, l’incarne chaque année depuis 2007 avec le rassemblement des Citoyens résistants d’hier et d’aujourd’hui (CRHA). Ce dimanche 1er juin, ils sont plus de 2000 à écouter ceux qui luttent pour un monde plus juste. Entre montagnes et forêts, sous un ciel radieux, sept personnalités prennent la parole. «Cette année plus encore, ce rassemblement est plus que nécessaire : il est indispensable. On constate dans notre belle France une montée du racisme, de l’antisémitisme et de la xénophobie. De tout ce qui a fait le lit du nazisme», regrette Julien Lauprêtre.
Ancien résistant communiste, il raconte comment Missak Manouchian lui a lancé, avant d’être fusillé: «Dehors, il faudra continuer à te battre. La société est trop injuste!» Il n’a eu cesse de le faire depuis, au sein du Secours populaire dont il est président.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *